Plateforme SIMMOSC

Responsables : Emmanuel DUBOIS et  Gentian JAKLLARI

La plateforme P-SIMMoSC s’inscrit dans la dynamique de l’opération neOCampus, initiée et partiellement soutenue financièrement par l’Université Toulouse III Paul Sabatier depuis 2013. L’opération neOCampus fait intervenir 11 laboratoires de l’Université qui ont pour objectif de croiser leurs compétences pour améliorer le confort au quotidien pour la communauté universitaire tout en diminuant l’empreinte écologique des bâtiments, en réduisant les coûts de fonctionnement et en développant de nouveaux services aux usagers du campus. Dans le domaine de la recherche en Informatique, neOCampus a mené au développement progressif d’une plateforme permettant la capture, le transfert, le stockage et l’utilisation de données ambiantes. Ancrée autour d’un cloud de données et alimentée par différents capteurs installés dans des salles de cours et de l’administration, cette plateforme s’appuie sur un réseau LoRA présent sur le campus et offre un support aux étudiants, à l’économe des flux de l’Université et aux chercheurs de l’Université pour développer de nouveaux projets en lien avec le Smart Campus.

Objectif

Tout en s’appuyant sur la plateforme neOCampus, P-SIMMoSC a pour objectif d’ajouter une composante additionnelle originale en s’intéressant à la gestion de données liées à la mobilité en contexte Smart City. P-SIMMoSC constituera une plateforme de simulation interactive du trafic dans une Smart City (piétons, véhicules) tout en restant ancrée dans le monde physique (capteurs réels, maquettes des bâtiments, poste de conduite, données instantanées).

Cette orientation originale s’inscrit dans une dynamique locale en lien avec le domaine de la mobilité. La mobilité est en effet l’un des trois sujets stratégiques du DAS SC et un axe prioritaire pour la région attesté par la création récente du grand cluster sur les mobilités terrestre et maritime. Par ailleurs, la mobilité et les transports sont les secteurs d’application stratégiques ciblés par le PIA ANITI. Enfin, l’approche basée sur la simulation est nécessaire pour permettre une interconnexion des différents aspects à prendre en compte et qui ne sont pas tous dans le même état de maturité.

P-SIMMoSC constitue donc une extension de la plateforme neOCampus existante, centrée sur la mobilité dans une Smart City, proposant une approche par simulation exploitant l’intelligence artificielle (GAMA) et ancrée dans les données, capteurs et ressources du monde physique.

Elle mettra à disposition des usagers et contribuera à articuler et faire converger des contributions scientifiques et technologiques (technologies numériques, infrastructures matérielles et numériques appropriées, etc.) destinées au développement de nouveaux usages pour les humains et leurs communautés dans un contexte de mobilité en Smart City et en particulier pour une meilleure appropriation de leur environnement (ville inclusive, consommation énergétique, gestion de crise, mobilité urbaine).

Usagers

Cette plateforme interactive de simulation sera destinée aux acteurs d’une Smart City, ou de l’un de ses quartiers ou bâtiment, et permettra de se projeter dans ces environnements connectés et communicants pour gérer, exploiter ou étudier des fonctionnalités et services innovants.

Les usagers concernés sont autant les habitants, que les gestionnaires (syndic, mairie, etc) ou encore les concepteurs (urbanistes, architecte, etc.) des « smart-building » constituant la Smart City.

Positionnement de la plateforme par rapport aux plateformes existantes (locales et nationales)

Ressources déjà en place : P-SIMMoSC pourra s’appuyer sur des ressources déjà présentes et prises en main au sein de l’IRIT et en particulier :

  • Un simulateur de conduite (Oktal)
  • Un support à la simulation (plateforme GAMA)
  • De nombreux capteurs installés dans des salles de cours et d’autres disponibles pour des expérimentations ponctuelles
  • Des infrastructures déployées sur le campus de Rangueil – UT3 et à l’ENSEEIHT porteuse d’un réseau LoRA
  • Des solutions d’interaction avancées : grands écrans tactiles, dispositifs mobiles, solutions immersives, maquette architecturale de bâtiment (BIM)
  • Un scénario construit pour articuler les différents aspects à intégrer dans la plateforme de simulation

Par ailleurs, différentes actions de recherche en cours de finalisation visent à obtenir des financements pour alimenter cette plateforme (3 projets en cours de soumissions, thèses en démarrage notamment une thèse du DAS-SC qui porte sur le traitement intelligent de masses de données issues des Smart Cities).

Applications connectées : Des utilisations concrètes dans des domaines appliqués sont d’ores et déjà identifiés et font l’objet de collaborations déjà existantes. Il s’agit notamment du domaine de la gestion de crise, traité notamment dans le cadre d‘une collaboration avec le CEA-Tech Occitanie, et du domaine de la santé avec la dynamique du site de Castres.

Description technique, organisationnelle, taux d’utilisation

Description technique : P-SIMMoSC sera basée sur le cloud de données ambiantes déjà en place à l’IRIT.

De même que des API existent déjà pour accéder à ces données, la plateforme offrira progressivement des services permettant des connexions aisées au réseau LoRA ? au simulateur de conduite, aux solutions d’interaction et de rendu et au moteur de simulation. Son architecture permettra d’agréger les contributions technologiques et P-SIMMoSC fournira ainsi un cadre unique pour illustrer les contributions scientifiques.

Ces avancées technologiques et scientifiques seront celles développées par les différentes équipes impliquées dans la plateforme, en particulier celles impliquées dans le DAS SC et les stagiaires et doctorants financés au titre du DAS-SC et par l’opération neOCampus.

Description organisationnelle :

  • Une réunion tous les deux mois pour recenser les avancées à agréger en étudiant notamment les résultats de stages M2 et thèses avec la plateforme
  • Une réunion annuelle pour choisir parmi les couplages réalisés, les plus aboutis et / ou pertinent pour approfondissement et intégration dans la

Taux d’utilisation : À ce jour la plateforme neOCampus est en particulier le cloud de données, donne lieu à de multiples accès par des étudiants, des administratifs UPS et des chercheurs :

  1. Formation initiale : stages L3, M1 : 3 500h depuis 2017
  2. Recherche indépendante, stages M2, thèses : 24 000h depuis 2017
  3. Recherche contractuelle : 2 200 h depuis 2017

Les mêmes publics pourront être amenés à utiliser le simulateur, et des collaborations avec des partenaires extérieurs (notamment Smart Building Alliance) pourront tirer profit de cette plateforme de simulation.