Posts from category "réalisation"

Trois applis développées par des étudiants de l'université Paul Sabatier

Dans le cadre du projet neOCampus, trois applications mobiles ont été développées par des étudiants de l’université lors de stages ou de bureaux d’études. Elles sont en test pour cette année scolaire.

1- cartOCampuspermet de se déplacer facilement sur le campus entre la route de Narbonne et le canal du midi,  de trouver facilement les bâtiments et services présents.

2- alertOCampuspermet de signaler un problème sur le campus. Par exemple, une fenêtre restée ouverte ou une lumière restée allumée. Cette application est uniquement pour les étudiants/personnels de la FSI et F2SMH.

3- Biodivercitypermet de cartographier la biodiversité du campus.

Ces applications sont disponibles dès maintenant sur les téléphones Android en cherchant neOCampus sur le Google Play Store ou en vous rendant à cette adresse;

Scientilivre Labège 20/21 octobre 2018

Le projet APICampus sera présent à Scientilivre.

Journée d'accueil nouveaux entrants lundi 3 sept 2018

Présentation des projets innovants dont  neOCampus aux nouveaux entrants environ 120 répartis en 2 groupes

  • Catalyseur -15min·      
  • Jardin Agro-écologique -15min·      
  • neOCampus -15 min·      
  • CampusFab - 15 min
Soutenance de these de BILLY SENG - 7 septembre 2018 à 10h - Amphi FOURIER - INSA

Titre

 "Étude expérimentale et numérique du comportement hygrothermique de blocs préfabriqués en béton de chanvre", encadrée par Camille Magniont, Sylvie Lorente et Sandra Spagnol.

 

Date et  lieu

vendredi 7 septembre à 10h00, à l'amphithéâtre Fourier, INSA

 

Composition du jury   

Thierry LANGLET, Professeur - Université de Picardie Jules Verne, Rapporteur   

Chadi MAALOUF,  Maître de Conférence - Université de Reims Champagne-Ardenne, Rapporteur   

Jean-Emmanuel AUBERT, Professeur - Université Toulouse III Paul Sabatier, Examinateur   

Mohammed SONEBI, Senior Lecturer - Queen’s University Belfast, Examinateur   

Sylvie LORENTE, Professeur - INSA Toulouse, Directrice de thèse   

Camille MAGNIONT, Maître de Conférence - Université Toulouse III Paul Sabatier, Directrice de thèse

Résumé

Le béton de chanvre est un matériau de construction biosourcé pouvant répondre aux problématiques environnementales actuelles. Utilisé comme matériau de remplissage avec une bonne capacité isolante, il possède également la capacité de réguler l’humidité relative intérieure. Son comportement hygrothermique complexe résulte notamment de performances thermiques et hydriques interdépendantes. La prédiction de ces effets est réalisée à l’aide de modélisation et simulation de transferts hygrothermiques. Toutefois, l’utilisation de données d’entrée les plus représentatives possibles de la réalité est nécessaire. Les méthodes de caractérisation courantes ont souvent été développées pour des matériaux conventionnels et peuvent montrer des limites dans le cas de matériaux biosourcés.L’objectif principal de ces travaux est de déterminer les propriétés hygrothermiques d’un bloc de béton de chanvre préfabriqués à l'échelle industrielle, de mieux appréhender cette caractérisation et de décrire son comportement hygrothermique via des simulations numériques. Le matériau étudié est formulé à partir d'un liant pouzzolanique et de granulats de chènevotte. Une partie de ce travail de thèse a donc porté sur la caractérisation des propriétés physiques, thermiques et hydriques du béton de chanvre étudié ainsi que sur les méthodes de mesure. Pour chaque paramètre hygrothermique étudié, plusieurs méthodes ont été confrontées afin d’en évaluer l’impact. Dans la mesure du possible, l’influence de la température et de l’humidité sur les différents paramètres a également été estimée. Un modèle de transferts hygrothermiques est proposé avec une évaluation d’ordre de grandeur dans le cas du béton de chanvre à partir des propriétés de la littérature. Ce modèle est appliqué à une étude expérimentale à l’échelle de la paroi, dans une enceinte bi-climatique, mettant en avant l’impact de la sorption et du changement de phase sur les transferts de chaleur.En ce qui concerne les propriétés thermiques, l’étude expérimentale à l’échelle du matériau met en évidence l’impact significatif du protocole expérimental sur le résultat de mesure, en particulier pour la chaleur massique. Pour les propriétés hydriques, les essais mettent en avant l’intérêt de réaliser une étude paramétrique de type round-robin sur les matériaux biosourcés. Un protocole de mesure de la perméabilité à l’air pour béton conventionnel a également été adapté afin d’évaluer la performance d’un matériau de construction très perméable comme le béton de chanvre. Le modèle numérique proposé est validé sur un essai normalisé et un essai issu de la littérature. Il parvient à rendre compte d’essais en enceinte bi-climatique pour des températures courantes.

Mots-clés

Matériau biosourcé, béton de chanvre, transfert de chaleur et d’humidité, caractérisation expérimentale, modèle numérique

 

ESOF : Un "award" décerné à deux étudiants de l'irit

Deux doctorants de l'IRIT, Walid YOUNES (SMAC, financé par l'Université P. Sabatier dans le cadre de l'opération neOCampus et par la région Occitanie) et Maroun KOUSSAIFI (Equipes SMAC & SM@RT, bourse MESRI) ont participé à ESOF (EuroScience Open Forum) la semaine dernière. Ils ont reçu un "award" pour leur poster classé dans les 10 premiers de la compétition.

Bravo à eux !

Voir le poster : Poster_ESOF_2018

autocampus : Terrain d’expérimentations pour véhicules autonomes, connectés sur le campus de l’Université Toulouse III Paul Sabatier

En 2013, l’université Toulouse III Paul Sabatier a lancé l’opération scientifique neOCampus qui vise à renforcer la collaboration entre les laboratoires de l’université en croisant les domaines d’applications.

Aujourd’hui l’université souhaite devenir un territoire d’expérimentations pour les systèmes de transport autonomes et connectés, lequel bénéficiera des instrumentations déployées sur le campus et de l’écosystème d’innovations de neOCampus.

Objectifs

- Equiper le campus de l’Université Paul Sabatier pour en faire un lieu unique et original pour expérimenter et valider les véhicules connectés et autonomes In Vivo c’est-à-dire dans un environnement correspondant à un milieu urbain facilement maîtrisable

- Faire émerger et de développer des projets alliant des partenaires académiques et industriels sur cette infrastructure dédiée aux systèmes de transport autonomes et connectés

En savoir plus : Plaquette_autOCampus_janvier_2018.01

Contact

autocampus.contact@univ-tlse3.fr

après midi scientifique neOCampus : le vendredi 23 février 2018 à l’auditorium J. Herbrand, IRIT à partir de 14H

 

Bonjour à tous,

Vous êtes cordialement inviter à l’après midi scientifique neOCampus qui se déroulera le vendredi 23 février 2018 à l’auditorium J. Herbrand, IRIT à partir de 14H.

L’ensemble des sujets de thèses et de master  2017-2018 en lien avec le projet neOCampus seront présentés et vous trouverez en pièce jointe le programme des présentations ci-dessous.

En vous souhaitant une bonne réception, merci de bien vouloir diffuser largement dans vos laboratoire 

Bien cordialement 

Tanissia Djemai  et Magali Gerino pour Marie Pierre Gleizes Chargé de mission neOCampus

 

 

programme_journée_neocampus_23_fevrierprogramme_journée_neocampus_23_fevrier-2

LoRaWAN pour la collecte des Relevés de compteurs

lora

L’opération neOCampus vise à doter le campus de l’Université d’une intelligence pervasive au service des utilisateurs. Pour cela, elle s’appuie sur un grand nombre de capteurs et effecteurs disséminés dans les bâtiments (e.g température, luminosité, volets roulants...) mais également en extérieur.

Pour permettre une analyse pertinente et représentative d’un environnement, il est important de disposer d’un grand nombre de capteurs: outre l’amélioration de la précision des applications et des modèles exploitants ces données, cela permet également de détecter les éventuelles anomalies de capteurs.

A ce jour, ce sont, pour l’essentiel, des capteurs filaires qui sont déployés dans neOCampus, majoritairement à base de modules Raspberry Pi et ESP8266. Néanmoins, il est des équipements pour lesquels la collecte de l’information ne peut tout simplement pas faire être envisagée via une liaison filaire: les compteurs d’eau ou encore les compteurs électriques situés dans des lieus dépourvus d’infrastructure réseau imposent la mise en œuvre de liaisons radio.

Mise en œuvre

La remontée d’informations par liaison sans fil à l’échelle d’un campus nécessite l’emploi de technologies de communications longue portée. Bien que très répandue dans le monde de l’IoT (i.e Internet Of Things), nous avons préféré l’emploi de la nouvelle technologie LoRa à SigFox. Outre une consommation maitrisée (max. 40mA) et une portée significative (15km LOS et 2 à 3km en milieu dense), la technologie LoRa autorise surtout le déploiement d’une infrastructure réseau propre. Ainsi, il n’est plus nécessaire de mettre en place une gestion des abonnements associés aux différents end-devices déployés sur le campus.

L’objectif de ces travaux est la réalisation d’un démonstrateur permettant à des compteurs électriques modbus (rs-485) une remontée d’informations vers la plateforme neOCampus via un réseau privé LoRa. Nous avons ainsi implémenté une passerelle modbus vers LoRa au moyen d’un Raspeberry PI 3 et d’un module Microchip RN2483. Ce dernier prend en charge toute la pile de protocole LoRaWAN et dispose d’une liaison série avec laquelle interagit le système hôte. Bien entendu cette solution est adaptable a tout type de compteurs ou tout type de données a transmettre, mais toujours en respectant la règle des 1% d’utilisation de la bande de fréquences.

Avec des centaines de compteurs électriques répartis sur le campus, la possibilité d’un suivi des consommations fluides en temps réel est un point clé pour des services tels que le SGE (Service Gestion et Exploitation du rectorat). L’infrastructure du réseau privée LoRa est à ce jour opérationnelle avec une première passerelle positionnée sur le toit de la BU Sciences et une seconde à la BU Santé pour une couverture allant bien au-delà du seul campus. Enfin une prochaine version compacte de cette passerelle modbus vers LoRa occupera dans un tableau électrique le même emplacement qu’un disjoncteur unipolaire.

Contacts

- Fernandes (IRIT) : Alexandre.Fernandes@irit.fr 

- Rahim Kacimi (IRIT) : Rahim.Kacimi@irit.fr 

- Francois Thiebolt (IRIT) : Francois.Thiebolt@irit.fr 

 

Conception de systèmes complexes à base de systèmes hétérogènes interopérables

Le nombre exponentiel d’appareils électroniques utilisés quotidiennement ainsi que leurs interactions entraîne le passage d’une vision de systèmes multifonctions utilisés indépendamment vers des systèmes réellement distribués et éparpillés dans l’environnement. L’hétérogénéité des composants constituant certains de ces systèmes conduit finalement à les qualifier de “complexes”. La difficulté d’avoir une bonne vision de l’ensemble de ces sous-systèmes et la probabilité d’erreur de conception importante amène à réfléchir sur la possibilité de spécifier le système global et vérifier la conception à l’aide de prototypes inter-dépendants simulés. Quand un système complexe nécessite l’emploi de différents composants spécifiés par différents concepteurs travaillant sur des domaines différents, ceci augmente fortement le nombre de prototypes virtuels. Ces différents composants ont malheureusement tendance à demeurer trop indépendants les uns des autres empêchant ainsi à la fois les différents concepteurs de collaborer et leurs systèmes d’être interconnectés en vue de remplir une ou plusieurs tâches qui ne pourraient pas être accomplies par l’un de ces elements seulement. Le besoin de communication et de coopération s’impose et pousse le/les concepteur(s) à les interopérer pour la mise en oeuvre d’une co-simulation encourageant le dialogue entre les disciplines et réduisant les erreurs, le coût et le temps de développement. On participera à la conception d’un système de co-simulation qui intègre différents outils de simulation-métiers basés sur la modélisation du comportement de dispositifs comme la simulation énergétique et la simulation d’usure de matériaux de construction au sein de la même plateforme

Objectifs scientifiques

Prendre en compte les notions d’architecture, de communication (entre les simulateurs ou avec les utilisateurs) et de visualisation pour définir les modèles d’architecture. L’analyse de l’architecture gérant l’interopérabilité (automatiquement ou en rajoutant des composants complémentaires) ainsi que la validation de cette architecture Le développement d’un outil de vérification de certaines propriétés de l’architecture, comme la cohérence la sémantique

Contacts

- Yassine MOTIE (IRIT-LAAS) : yassine.motie@irit.fr

- Alexandre Nketsa (LAAS) : alex@laas.fr

- Philippe Truillet (IRIT) :  philippe.truillet@irit.fr

 

Smart user-centric modeling using opportunistic artefact composition

L’intelligence ambiante vise à offrir un espace “intelligent” permettant à des humains, dans leur vie quotidienne, d’accéder à l’information et aux services numériques embarques dans des objets connectes et mobiles, et d’interagir avec eux d’une manière appropriée, naturelle et conviviale. Dans ce contexte instable et dynamique où les besoins évoluent en fonction de la situation, les services et les modalités d’interaction doivent s’adapter de manière autonome afin de rendre le bon service au bon moment sans demande explicite de l’humain. La définition d’une approche nouvelle pour la construction d’applications par assemblage de composants de manière automatique et “opportuniste” a été amorcée pour apporter une réponse originale à ces problèmes. Se pose alors le problème d’une représentation des applications qui soit compréhensible par des utilisateurs non spécialistes. La modélisation et l’Ingénierie Dirigée par les Modèles (IDM) peuvent apporter des réponses à ces questions de représentation. Le travail de stage s’inscrit dans la continuité de ces travaux autour de la composition opportuniste de composants logiciels et de fragments d’IHM pour une interaction adaptative en environnement ambiant. Il vise ainsi à essayer de faire converger deux axes de recherches de deux équipes de l’IRIT : l’équipe SMAC “Systèmes multi-Agents Coopératifs” et l’équipe MACAO “Modèles, Architectures, Composants, Agilité et prOcessus”.

Objectifs scientifiques

Notre objectif est de permettre à l’utilisateur de participer au processus de composition. Le système de composition pourrait, par exemple, faire des suggestions à l’utilisateur et lui permettre de les modifier et/ou de les valider. Pour cela, il faut ajouter un module qui présente à l’utilisateur, dans un langage dédié (DSL), le modèle d’un assemblage de composants émergent obtenu par composition opportuniste, et un autre module qui permet à l’utilisateur d’éditer un modèle d’assemblage et de traduire le modèle en un assemblage réel de composants. Les prototypes développes pour ces deux modules reposent sur des techniques de transformation de modèles et les technologies Sirius et Acceleo intégrées à Eclipse Modeling Framework (EMF). Comme perspective de ce travail, les modèles assemblés pourront être mémorisés par le système de composition par apprentissage de modèles.

Contacts

- Takwa Kochbati (IRIT) : Takwa.Kochbati@irit.fr

- Jean-Paul Arcangeli (IRIT) : Jean-Paul.Arcangeli@irit.fr

- Jean-Michel Bruel (IRIT) : Jean-Michel.Bruel@irit.fr

- Sylvie Trouilhet (IRIT) : Sylvie.Trouilhet@irit.fr

 

Back to Top