Une ERC pour NanoBubbles

Le projet NanoBubbles ou « comment, quand et pourquoi la science ne parvient pas à s’auto-corriger ?  » vient d’être financé par l’ERC sur l’appel « Synergy Grant ».

Quatre chercheurs basés en France et au Pays-Bas sont porteurs du projet. Guillaume Cabanac, Dept. GD – Équipe IRIS, collaborera avec Cyril Labbé du LIG UMR CNRS sur le volet des systèmes d’information et en sera le coordinateur IRIT.

Pour en savoir plus :

La correction des erreurs est un mécanisme fondamental de la science. Pourtant, en pratique, il s’avère difficile de réviser voire de retirer des affirmations incorrectes ou exagérées de la littérature scientifique. Pour comprendre comment la correction des erreurs fonctionne et identifier les freins qui s’y opposent, le projet NanoBubbles combinera des approches issues des sciences naturelles, de l’ingénierie, ainsi que des sciences humaines et sociales.

Le projet se concentre sur la nanobiologie, un domaine hautement interdisciplinaire fondé autour de l’an 2000 et qui a déjà connu de multiples épisodes marqués par des affirmations exagérées ou erronées. Le projet NanoBubbles examinera trois de ces « bulles spéculatives » liées à la capacité des nanoparticules à franchir la barrière hémato-encéphalique, au concept de « protein corona » caractérisant l’absorption de protéines par des nanoparticules, ainsi qu’à une troisième affirmation selon laquelle les nanoparticules peuvent pénétrer la membrane des cellules.

Quatre chercheurs basés en France et au Pays-Bas emploieront leur expertise et des méthodes numériques innovantes pour retracer les affirmations et leurs contradictions dans divers canaux de communication scientifique. L’équipe étudiera la circulation des affirmations et leurs contradictions au fur et à mesure qu’elles se diffusèrent de 1970 à nos jours dans les laboratoires, les conférences, les revues scientifiques, les preprints ou encore les plateformes d’échanges scientifiques. Cette recherche vise à instaurer un dialogue dans la communauté de la nanobiologie et les résultats obtenus sont de nature à profiter à d’autres champs interdisciplinaires tels que la biologie de synthèse et l’intelligence artificielle.

Les porteurs du projet :

  • Raphaël Lévy, physicien et expert de premier plan en nanobiologie, Université Paris Sorbonne Nord, France
  • Cyrus Mody, expert en histoire et en sociologie des sciences et des technologies, Maastricht University, Pays-Bas
  • Cyril Labbé, spécialiste de l’informatique et des systèmes d’information, Université Grenoble Alpes, France en collaboration avec Guillaume Cabanac, Dept. GD – Équipe IRIS – IRIT.
  • Willem Halffman, reconnu pour ses travaux sur le fonctionnement de l’expertise et de la politique scientifiques, Radboud Universiteit, Pays-Bas
  • Financement de l’ERC funding: 8,3 millions d’euros sur 6 ans

Projet NanoBubbles sur twitter : @_Nano_Bubbles