Nos partenaires

CNRS

Rechercher





Accueil du site > Français > Axes stratégiques > Systèmes SocioTechniques Ambiants

Problématique - Défis

Les enjeux de la conception et de la maintenance de tels systèmes sont basés sur les capacités d’hyper-interaction entre les composants humains, physiques et/ou artificiels. Cela signifie que les composants de ces systèmes font intervenir de multiples facettes d’interaction et sont conçus pour interagir en exploitant le plus possible les ressources disponibles dans l’environnement considéré. Ils doivent être capables d’interagir avec d’autres composants qui ne sont pas a priori connus à la conception. Ces systèmes doivent être ouverts et pouvoir accueillir à tout moment et en tout lieu de nouveaux composants entrant dans le système. De plus, parce que les composants sont autonomes et mobiles, ils doivent pouvoir choisir le moyen d’interaction le plus pertinent et trouver les autres entités avec lesquelles interagir en fonction de leur environnement. L’utilisateur bien qu’au centre de ces systèmes n’a pas le contrôle de toutes les activités, en cela le système est enfoui. Il peut, bien entendu, émettre une demande de service qui doit être satisfaite. Mais des tâches collectives peuvent être réalisées par des composants artificiels de manière transparente en tendant en permanence vers une qualité et une continuité de service optimales sans être ni initiées, ni pilotées par l’humain.

Pour relever le défi de conception de ces systèmes, des recherches doivent être menées en synergie pour résoudre des problèmes liés :

  • Au collectif. Il s’agit non seulement d’étudier les interactions (entre agents artificiels, physiques et/ou humains) et le moyen d’obtenir un comportement collectif cohérent et adaptatif malgré la complexité et la dynamique, mais également d’étudier les propriétés du groupe dans son entier, en tant qu’institution formelle ou informelle.
  • A l’humain. Il faut comprendre ses besoins, ses raisonnements et son comportement.
  • A l’agent artificiel. Il faut étudier ses différentes facettes comme la prise de décision, l’autonomie, l’adaptation.
  • A l’environnement. Il est nécessaire de savoir le représenter dynamiquement et de savoir le reconnaître pour s’y adapter.
  • Aux méthodes et outils de conception. Il faut fournir aux futurs concepteurs un ensemble de modèles, de méthodes et d’outils pour déployer ces systèmes ouverts.