Nos partenaires

CNRS

Rechercher





Accueil du site > Français > Axes stratégiques > Systèmes informatiques pour la santé et l’autonomie

Contexte et problématique

L’évolution de la société actuelle entraîne une prise de conscience générale sur les besoins liés à la santé et à la qualité de vie des personnes malades, handicapées ou vieillissantes. Cette prise de conscience fait émerger de nouvelles approches de la gestion de la thérapeutique, de la prévention, du diagnostic, de l’assistance apportée aux personnes fragilisées (personnes handicapées ou âgées) pour une meilleure autonomie.

Chaque jour, de nouvelles techniques de soins sont développées par les professionnels de la santé. La coopération et la collaboration entre les différents domaines de recherche impliqués doivent être favorisées afin d’en augmenter l’efficacité et de contrôler les coûts. De plus, l’individu souhaite pouvoir vivre de façon autonome vis à vis des contraintes de santé qu’il peut rencontrer et profiter des outils d’information et de communication modernes pour s’informer et se former sur les problèmes de santé. L’informatique, en tant qu’outil de support mais aussi en tant que science a tout naturellement sa place dans ce nouveau paysage de la santé publique. L’amélioration du système de santé et de la qualité de vie des personnes reposent notamment sur les énormes possibilités offertes par les systèmes informatiques.

La conception de systèmes informatiques efficaces et pertinents pour la santé, les handicaps et le vieillissement, repose d’une part sur l’acquisition, la gestion et l’exploitation de l’information à des fins professionnelles ou grand public, et d’autre part sur les possibilités nouvelles offertes par les technologies interactives et multimodales, les capteurs, les environnements d’évaluation et de simulation au bénéfice des patients, des personnes dépendantes et des professionnels de santé.

L’acquisition de l’information peut être réalisée de différentes manières : à partir d’individus humains, par imagerie du vivant pour acquérir les données à la source ; à partir d’individus virtuels, par modélisation et simulation du vivant ; mais aussi à partir de la connaissance globale des professionnels de santé, en faisant appel à l’ingénierie des connaissances. L’information ainsi acquise est extrêmement complexe à plusieurs points de vue : le volume de données à manipuler peut être considérable ; les relations entre les différents fragments d’information génèrent elles-mêmes de l’information ; l’information est souvent extrêmement sensible et nécessite une sécurisation de l’accès adaptée ; l’accès à l’information doit pouvoir se faire efficacement, de tout endroit et à tout moment.

Enfin, l’exploitation de cette information peut être abordée selon plusieurs directions : pour la connaissance fondamentale en biologie et en santé, pour la prévention et l’amélioration de la qualité de vie ; pour l’assistance ou pour la suppléance aux individus souffrant d’une déficience ou d’un handicap sensoriel, moteur ou cognitif ; pour l’assistance aux professionnels de santé.