Nos partenaires

CNRS

Rechercher





Accueil du site > Français > Axes stratégiques > Systèmes SocioTechniques Ambiants

Contexte

Les avancées technologiques ont conduit à une explosion du nombre et des fonctionnalités des appareils électroniques que côtoient les personnes dans leur vie quotidienne. Dans ce contexte, la conception de systèmes suppose un déplacement d’une vision centrée sur des machines multifonctions vers un ensemble d’appareils variés en interaction, distribués et disséminés dans l’environnement, accessibles par des interfaces, plongeant l’utilisateur dans des mondes de réalité augmentée et mixte. Dès lors, l’individu et son contexte social, physique et organisationnel sont au centre des préoccupations de la conception de ces systèmes qui peuvent s’adapter aux besoins et au comportement des utilisateurs. Le couplage homme-système doit être intuitif en corrélant les contenus des échanges, la multi-modalité et autres ressources d’interaction. Certains traitements peuvent se déployer pertinemment dans le réseau (couplage des systèmes) sans contrôle des utilisateurs et doivent, de plus, être mis en œuvre par des entités autonomes de manière collective et enfouie.

L’intelligence ambiante vise à satisfaire les besoins individuels et sociétaux des utilisateurs en développant un nouveau type de systèmes sociotechniques, où les êtres humains interagissent avec des composants matériels et logiciels distribués dans leur environnement. L’intelligence ambiante considère donc de nombreux appareils électroniques hétérogènes, souvent mobiles (PDA) ou intégrés (vêtements...), distribués dans l’environnement, interagissant de façon dynamique et offrant des moyens d’interaction exploitant les ressources. Étant donnés la nature générique et la complexité de ce but global, nous associons à ces entités des comportements autonomes leur permettant de s’auto-organiser pour faire émerger de nouveaux services adaptés à l’environnement sans développement supplémentaire. En particulier, l’aspect dynamique fort doit être pris en compte : des entités peuvent apparaître et disparaître, les besoins des utilisateurs se modifient, les capacités d’interactions multimodales avec les utilisateurs évoluent, ...

Ces systèmes constitués d’êtres humains et de composants en interaction sont des « systèmes sociotechniques ambiants ». Leurs composants dits ambiants peuvent être des entités physiques ou des logiciels distribués. Ils ont des capacités d’interaction, un comportement autonome et ont la capacité de s’adapter à la tâche courante de l’être humain et aux ressources numériques et physiques disponibles.

L’intelligence ambiante est appelée à toucher tous les aspects de la vie quotidienne constituant de facto un puissant moteur d’innovations et de développement. Il s’agit en effet de fournir des services et des dispositifs répondant de manière située, c’est-à-dire de manière adaptée en toute circonstance, en tout lieu et à tout instant, à la fois à des besoins individuels et à des défis sociétaux et ceci dans tous les secteurs d’activités. Il ne s’agit plus seulement d’augmenter les gains de productivité des personnes et des entreprises, mais aussi de développer des artefacts technologiques qui améliorent le bien-être de l’individu et de la société. Il ne s’agit plus seulement de produire de l’informatique prête à consommer, mais bien de permettre au citoyen comme à l’entreprise, d’être l’acteur-architecte de ses propres services, (re)façonnables à volonté ; ceci en toute sécurité et dans le respect de la législation et des valeurs.

L’impact de l’intelligence ambiante est clairement identifié et chiffré dans les rapports de la Stratégie Nationale de la Recherche et de l’Innovation, dans les journaux spécialisés, dans les priorités de l’Emprunt National, dans les appels à projets européens 2010, tout comme ceux de l’ANR. De nombreux secteurs industriels sont concernés : environnement, alimentation, agriculture, communication, tourisme, habitat, transport, e-administration, éducation, culture, santé, sécurité civile, développement urbain, etc.