Nos partenaires

CNRS

Rechercher





Accueil du site > Français > Thèmes de recherche > Thème 6 - Architecture, systèmes et réseaux > Equipe IRT > Thèmes et Méthodologies

Perspectives

Réseaux embarqués

Dans les systèmes embarqués, nous comptons poursuivre notre problématique d’évaluation de délai de bout en bout en la généralisant à des réseaux avioniques hétérogènes (interconnexion de différentes technologies de réseaux : AFDX , bus de terrain, ethernet, sans fil, …) prenant en charge des flux applicatifs hétérogènes (flux avionique et non avioniques, flux nécessitant des qualités de service différentiées) pouvant être décrits en fonction de leur sémantique de communication et des propriétés temporelles attendues. Cette activité sera soutenue par la DPAC pendant dans le cadre du projet IMAP (Information Management for Avionics Plateform). Nous comptons également étendre cette démarche menée essentiellement dans le cadre de réseaux embarqués pour avion de transport civil à d’autre type de réseaux embarqués : réseau bord satellite (collaboration ISAE pour des travaux sur le réseau space wire) et réseau embarqué automobile (projet OSEO AMIC-TCP Architecture de multiplexage Informatique Communication Transport en Commun).


Réseaux mobiles et sans fil

Pour les systèmes mobiles, nous étudierons les solutions LTE (Long Term Evolution) pour lesquelles il convient de poursuivre nos études de performances. Ces solutions se caractérisent par des simplifications par rapport aux solutions 3G existantes et une couche physique s’inspirant des solutions WiMax. On s’intéressera alors à la qualité de service sur les liens montants et descendants.

Dans les réseaux ad-hoc nous nous intéressons à l’amélioration de la fiabilité du transfert au travers de la multi-domicialition. Après avoir exploré celle de niveau transport nous comptons considérer les approches de niveau routage multichemins développées récemment, et de redondance de liens en cours d’élaboration. Notre objectif est de déterminer l’apport en termes de fiabilité de chaque niveau et de proposer une architecture protocolaire de la multi-domiciliation.

Dans le domaine des réseaux de capteurs, nous comptons poursuivre nos travaux en nous focalisant sur des domaines applicatifs tels que la santé (aide aux malades), la surveillance de l’environnement, la domotique ou bien encore aux capteurs intégrés dans les avions. En terme de problématiques scientifiques, nous nous pencherons plus spécifiquement sur des réseaux de grande taille pour lesquels il s’agira de définir des solutions protocolaires peu consommatrices en énergie et performantes. Nous nous focaliserons enfin sur des solutions auto-organisantes. Cette thématique constitue un de nos principaux axes en particulier dans le cadre de l’intégration de plusieurs membres de l’équipe Système de Communication Sans Fil du laboratoire LATTIS qui a intégré IRT depuis quelques années.

Nous comptons élargir également nos activités aux réseaux véhiculaires qui constituent un nouveau champ d’investigation. Les véhicules seront désormais en partie équipés de dispositifs leur permettant de communiquer avec des infrastructures terrestres ou bien encore avec d’autres véhicules. Notre angle d’attaque sera celui des performances des mécanismes mis en jeu mais encore celui de l’apport des systèmes de communication par satellite pour faciliter leur déploiement (zones peu denses, aide à la diffusion des informations – géographiques, signalisation, …). Cette thématique d’intégration des systèmes satellites est également au cœur d’une partie de nos préoccupations pour les réseaux de capteurs.


Réseaux satellitaires

Nous comptons enrichir nos activités en cours en nous intéressant plus spécifiquement aux solutions de satellites pour les mobiles pour lesquelles les problèmes d’interopérabilité et de performances se poseront de façon cruciales. En terme d’évolution d’architectures protocolaires, nous pensons que le premier pas que nous avons franchi en montrant que les solutions issues du monde terrestre étaient parfaitement applicables dans le contexte du satellite doivent être poursuivies. L’utilisation de MIH fera partie de nos propositions d’optimisation de systèmes satellitaires fondés sur des interactions cross-layer.

Nous nous attaquerons plus spécifiquement à des solutions tout IP en revisitant la couche liaison de données. Il s’agira de proposer des solutions de niveau 2 aussi légères que possibles permettant d’encapsuler quasiment directement les paquets IP sur le support physique de communication. La notion de qualité de service devra également être examinée. A l’heure actuelle, des mécanismes parfois antagonistes existent à plusieurs niveaux hiérarchiques qu’il conviendra d’unifier.


Réseaux coopératifs

La problématique du partage de charge est à l’heure actuelle un des sujets les plus à la mode. Qu’il s’agisse de chemins ou de ressources séparés, cette thématique devient transversale en particulier dans les réseaux sans fil. Au niveau de la couche physique, cette thématique est apparue pour émuler les techniques MIMO (Multiple Input Multiple Output) avec des nœuds servant de relais intermédiaires. La recombinaison des signaux reçus permettant de répartir la consommation énergétique entre plusieurs nœuds. Au niveau liaison de données, on peut envisager de mettre en œuvre des techniques pour les systèmes satellitaires et les réseaux de capteurs. Une attention particulière sera apportée à l’autonomie des solutions présentées. Ces travaux s’effectueront avec l’équipe SC.