Nos partenaires

CNRS

Rechercher





Accueil du site > Français > Evénements > Soutenances > Soutenances de thèses

Soutenances de thèses

 

 

Estimation Parcimonieuse de Biais Multitrajets pour les Systèmes GNSS

Julien LESOUPLE - Equipe MINDS - IRIT

Vendredi 15 Mars 2019, 10h00
INP-ENSEEIHT, Salle des thèses
Version PDF :

Jury

- Sylvie Le Hégarat, Professeur, Université Paris Sud, Orsay, Rapporteur.
- François Le Gland, Directeur de recherche, INRIA, Rennes, Rapporteur.
- Juliette Marais, Chargée de recherche, IFSTTAR, Villeneuve d'Ascq, Examinateur
- François Desbouvries, Professeur, Télécom SudParis, Evry, Examinateur
- Marc Pollina, Ingénieur de recherche, M3 Systems, Lavernose-Lacasse, Examinateur
- Thierry Robert, Ingénieur de recherche, CNES, Toulouse, Examinateur
- Marcus Carlsson, Maître de conférences, Université de Lund, Lund, Invité
- Stephen McLaughlin, Professeur, Université d'Heriot-Watt, Edimbourg, Invité
- Jean-Yves Tourneret, Professeur, ENSEEIHT, Toulouse, Directeur de thèse
- François Vincent, Professeur, ISAE, Toulouse, Co-directeur de thèse

Résumé

L'évolution des technologies électroniques (miniaturisation, diminution des coûts) a permis aux GNSS (systèmes de navigation par satellites) d'être de plus en plus accessibles et donc utilisés au quotidien, par exemple par le biais d'un smartphone, ou de récepteurs disponibles dans le commerce à des prix raisonnables (récepteurs bas-coûts). Ces récepteurs fournissent à l'utilisateur plusieurs informations, comme par exemple sa position et sa vitesse, ainsi que des mesures des temps de propagation entre le récepteur et les satellites visibles entre autres. Ces récepteurs sont donc devenus très répandus pour les utilisateurs souhaitant évaluer des techniques de positionnement sans développer tout le hardware nécessaire.

Les signaux issus des satellites GNSS sont perturbés par de nombreuses sources d'erreurs entre le moment où ils sont traités par le récepteurs pour estimer la mesure correspondante. Il est donc nécessaire de compenser chacune des ces erreurs afin de fournir à l'utilisateur la meilleure position possible. Une des sources d'erreurs recevant beaucoup d'intérêt, est le phénomène de réflexion des différents signaux sur les éventuels obstacles de la scène dans laquelle se trouve l'utilisateur, appelé multitrajets. L'objectif de cette thèse est de proposer des algorithmes permettant de limiter l'effet des multitrajets sur les mesures GNSS.

La première idée développée dans cette thèse est de supposer que ces signaux multi-trajets donnent naissance à des biais additifs parcimonieux. Cette hypothèse de parcimonie permet d'estimer ces biais à l'aide de méthodes efficaces comme le problème LASSO. Plusieurs variantes ont été développés autour de cette hypothèse visant à contraindre le nombre de satellites ne souffrant pas de multitrajet comme non nul. La deuxième idée explorée dans cette thèse est une technique d'estimation des erreurs de mesure GNSS à partir d'une solution de référence, qui suppose que les erreurs dues aux multitrajets peuvent se modéliser à l'aide de mélanges de Gaussiennes ou de modèles de Markov cachés. Deux méthodes de positionnement adaptées à ces modèles sont étudiées pour la navigation GNSS.

 

Retour